/ 
   
Texte
Gustave FLAUBERT
Mise en scène
Jean-Christophe BLONDEL
Jeu
Anne-Lise BINARD
,
Jean-Marc TALBOT
Musique sur scène
Anne-Lise BINARD
Et un jour qu’il se trouvait au bord d'un puits, comme il se penchait pour juger de la profondeur de l’eau, il vit paraître en face de lui un vieillard tout décharné, à barbe blanche et d’un aspect si lamentable qu’il ne put retenir ses pleurs. L’autre, aussi, pleurait.
Le conte médiéval de Flaubert, joué dans les forêts, jardins, châteaux, églises… Grâce à des casques sans fil et un mixage son cinématographique, l’acteur et la musicienne déposent au creux de nos oreilles leurs voix et leurs instruments. Nous sommes à la fois au grand air et dans l’intimité du théâtre, à la fois tous ensemble dans la déambulation, et comme coupés du monde, plongés dans cette méditation sur l’animalité de l’homme et sur son rapport délétère à la nature.
   
   
Texte
François HIEN
Mise en scène
Jean-Christophe BLONDEL
Jeu
John ARNOLD
,
Yannik LANDREIN
,
Noémie PASTEGER
,
Rita PRADINAS
,
Pauline SALES
Musique sur scène
Rita PRADINAS
Qui a dit
que tu étais
plus coupable
qu'un autre ?
Née des réflexions popularisées par le mouvement MeToo, sur les codes qui rendent possible la domination masculine et les abus sexuels, la pièce, par une dramaturgie prenante et un vrai sens du dialogue, nous entraîne au cœur de nos impensés. Elle nous prend toutes et tous à parti, provoque des débats passionnés, et tente de participer aux nécessaires changements des perceptions et des comportements.
   
   
Texte
Nicolas WAPLER
Mise en scène
Jean-Christophe BLONDEL
Jeu
Loréna FELEI
,
Jean-Marc TALBOT
Vous êtes la seule personne capable de démentir les horreurs qu’on colporte sur mon compte depuis mille ans.
Odon de Bayeux, demi frère de Guillaume, interviewé par une journaliste, défend sa vérité face à nos clichés sur le Moyen-Age. La guerre, le pouvoir, la justice, l’art et l’amour, tout y passe, et c’est lui qui interroge notre temps. Une forme légère pour lieux médiévaux de Normandie et d’ailleurs.
   
   
Texte
(Emile Chartier) ALAIN
Mise en scène
Jean-Christophe BLONDEL
Jeu
Constance GAY
,
Imer KUTLLOVCI
,
Andrea NISTOR
,
Nicolas VIAL
Musique sur scène
Mohanad ALJARAMANI
J'avais un pays autrefois,
doux et bon pour y vivre.
Mais nous ne nous aimons plus.
Il m'a oublié et je l'ai oublié.
Par solidarité, Alain s’engage volontairement comme simple soldat. Porte-parole des poilus et observateur des hautes sphères de la société, il livre le portrait-puzzle d’une guerre dont l’expérience, incommunicable, sépare le soldat de ceux de l’arrière, et le laisse à jamais exilé. Un témoignage si incarné, si vibrant, et si actuel encore dans sa critique des pouvoirs, qu'il fait une bouleversante matière à théâtre.
   
   
Texte
Fredrik BRATTBERG
Traduction
Terje SINDING
Mise en scène
Jean-Christophe BLONDEL
Jeu
Valérie BLANCHON
,
Magne Havard BREKKE
,
Sylvain LEVITTE
,
Albertine VILLAIN GUIMARRA
Je pourrais avoir
quelque chose
à manger ?
Ca commence très sérieusement : le salon d’un couple de quadras, en deuil de leur fils, un adolescent disparu six mois plus tôt dans une avalanche. Se produit l’inconcevable : on sonne à la porte... La Divine Comédie est la première à faire découvrir en France l'oeuvre de Brattberg. Voyage d'hiver est même une première mondiale.
   
   
Texte
(Sophocles) SOPHOCLE
Traduction
Nicolas WAPLER
Mise en scène
Jean-Christophe BLONDEL
Jeu
Franck ANDRIEUX
,
Benjamin DUBOC
,
Michel GRAND
,
Alexandra GRIMAL
,
Pauline HURUGUEN
,
Claude MERLIN
,
Albertine VILLAIN GUIMARRA
Musique sur scène
Benjamin DUBOC
,
Alexandra GRIMAL
Mais alors, votre renommée ? Votre gloire ? Des mots ? Du vent ? Tout ce qu’on dit sur Athènes la pieuse, refuge des exilés en danger, oublié tout ça quand il s’agit de moi ?
Que faire du vieil Œdipe, trop sale, trop laid, à l’humour ravageur et si peu diplomatique ? Il rendrait tellement plus de services mort que vivant… La dernière œuvre du vieux Sophocle nous parle de notre rapport aux étrangers, aux plus âgés, à tous ceux qui coûtent trop cher… Un spectacle pour lieux de nature, une nature généreuse qui pour Sophocle devrait nous réconcilier avec l’art de l’hospitalité.