Le chemin ? Ma foi non, je ne sais pas le chemin. Je n'ai jamais su le chemin ; croyez-vous que je sache tous les chemins ?
2011
07
juin
>
2011
08
juin
Ningbo University
Ningbo
2011
06
juin
Shanghai University
Shanghai
2011
03
juin
>
2011
04
juin
Nanda University
Nanjing
2011
24
mai
Beijing Central Academy of Drama
Beijing
2011
19
mai
>
2011
22
mai
Nine Theatre
Beijing
Pourquoi Maeterlinck avec ces aveugles, dans le monde d'aujourd'hui ?Il y a chez Maeterlinck un renversement tragique de la morale des fables, où le travail des hommes, vertueux ou criminels, rencontre un destin aveugle ; et aussi, un désir de dépasser tout message pour inviter l’homme à renouer une relation avec les signes qui l’environnent, qu’ils lui viennent de la nature ou de son inconscient – l’une pouvant servir de miroir à l’autre.
Cette reconnaissance d’une destinée aveugle, ce désir d’une écoute des signes les moins explicites qui nous entourent, sont nécessaires dans le monde matérialiste d’aujourd’hui. Je crois qu’on pourrait voir dans les œuvres introspectives et fantastiques de David Lynch, de Apichatpong Weerasethakul, du chinois Zhang Ke, un renouvellement de l’écriture symboliste, la même veine poétique répondant aux mêmes manques profonds.
L’œuvre résonne ici avec l'expérience de vie de ses interprètes. Voir ou ne pas voir, physiquement bien sûr, mais aussi, voir son destin vous échapper, sentir l’aveuglement du sort qui s'abat sans aucune justice, tout cela fait écho en eux, loin du message officiel selon lequel le succès accompagnerait le mérite. Mais la sensualité du texte leur parle aussi. Le corps des personnages exprime ce que leur esprit ne voit pas, en sentant autrement le monde autour d'eux (l’eau sur les yeux, la lumières sur les mains), en exprimant avec force les mouvements intérieurs (par la maladie, la sueur, la pâleur sur le visage, le frisson de froid ou de chaud). Il y a chez eux un désir et une aptitude particulière pour dire sur scène cette part de leur vie, cette relation si aigüe de leur corps au monde.
Texte
Maurice MAETERLINCK
Traduction
Mingnan WANG
Mise en scène
Jean-Christophe BLONDEL
Scénographie
Tormod LINDGREN
Chorégraphie
Groupe S-H-I-F-T-S
Création lumières
Jean-Christophe BLONDEL
Création costumes
Tormod LINDGREN
Chargé.e de production
Tan WANG WARD